English

Rapports + communiqués

Le milieu culturel salue la détermination du ministre Fortin pour sa prise de position sur l’équité fiscale et réglementaire

Montréal, le 22 septembre 2017 – La coalition qui a lancé la semaine dernière un manifeste pour la pérennité de l’expression culturelle et des médias nationaux à l’ère numérique tient à saluer la déclaration du ministre de la Culture et des Communications, M. Luc Fortin, à l’effet que Québec pourrait agir seul si Ottawa n’intervient pas.

Les organisations qui ont initié ce mouvement se sont déclarées très satisfaites que les représentations qu’elles ont faites individuellement et collectivement aient convaincu le ministre de prendre parti en faveur de l’équité fiscale et réglementaire. Nous ne pouvons que partager le point de vue de M. Fortin sur le rapport de force et le cadre réglementaire que les États doivent imposer à tous les intervenants, incluant les multinationales du numérique.
Face à la menace que font peser les géants du Web sur l’écosystème québécois et canadien, il est important de faire front commun et preuve de détermination, voire d’audace, et c’est ce que nous retrouvons dans la prise de position du ministre québécois. Il ne nous reste qu’à souhaiter qu’ensemble, nous convaincrons la
ministre Mélanie Joly dont la politique est attendue dans les prochains jours. À l’instar de Luc Fortin, nous considérons qu’elle doit s’inspirer des moyens mis en place par certains pays pour contrer la menace que font peser les multinationales du numérique.

Rappelons que le Manifeste n’aborde pas uniquement les enjeux fiscaux. Pour que notre culture continue d’être une richesse collective, il faut s’assurer d’un soutien suffisant à la création et à la production et d’une continuité des mesures règlementaires pour la mise en valeur des contenus canadiens et francophones sur
les plateformes. Enfin, le financement adéquat de l’écosystème, qui passe notamment par une révision la Loi sur le droit d’auteur, est primordiale afin de préserver les centaines de milliers d’emplois générés par les entreprises et organisations culturelles et médiatiques au pays.

Manifestepourlaculture.info

Près d’une quarantaine d’organisations représentant des centaines de milliers de personnes ont été les premiers signataires du manifeste. En une semaine, plus de 3 200 personnes et organisations qui se sont
jointes au mouvement tant au Québec qu’au Canada. Le site Manifestepourlaculture.info héberge le manifeste et recueille les noms de tout individu ou organisation voulant ajouter sa voix à ce cri collectif.

LES SIGNATAIRES :
• Alliance des producteurs francophones du Canada (APFC)
• Alliance of Canadian Cinema, Television and Radio Artists (ACTRA)
• Alliance québécoise des techniciens de l’image et du son (AQTIS)
• ARTISTI
• Association des professionnels de l’édition musicale (APEM)
• Association des propriétaires de cinémas du Québec (APCQ)
• Association des réalisateurs et réalisatrices du Québec (ARRQ)

• Association nationale des éditeurs de livres (ANEL)
• Association québécoise de la production médiatique (AQPM)
• Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ)
• Association québécoise des cinémas d’art et d’essai (AQCAE)
• Canadian Media Producers Association (CMPA)
• Conseil québécois des arts médiatiques (CQAM)
• Destiny Tchéhouali, directeur de l’Observatoire des réseaux et interconnexions de la société
numérique (ORISON) – UQAM
• DOC Canada, incluant sa division du Québec
• Fédération culturelle canadienne-française (FCCF)
• Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ)
• Front des réalisateurs indépendants du Canada (FRIC)
• Forum for Research and Policy in Communications (FRPC)
• Guilde canadienne des réalisateurs (GCR)
• Guilde des musiciens et musiciennes du Québec (GMMQ)
• Les Amis de la radiodiffusion canadienne
• L’Observatoire du documentaire
• Michèle Rioux, directrice du Centre d’études sur l’intégration et la mondialisation (CEIM)
• On Screen Manitoba
• Performers’ Rights Society (PRS)
• Québec Cinéma
• Quebec English-language Production Council (QEPC)

• Regroupement des artisans de la musique (RAM)
• SOCAN
• Société de gestion collective des droits des producteurs de phonogrammes et de vidéogrammes du
Québec (SOPROQ)
• Société des auteurs de radio, télévision et cinéma (SARTEC)
• Société du droit de reproduction des auteurs compositeurs et éditeurs au Canada (SODRAC)
• Société Internet du Québec
• Société professionnelle des auteurs et compositeurs du Québec (SPACQ)
• Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) et son Conseil provincial du secteur des
communications (CPSC)
• Syndicat des employées et employés professionnels-les et de bureau (SEPB)
• Table de concertation de l’industrie du cinéma et de la télévision de la Capitale-Nationale
• Unifor-Québec
• Union des artistes (UDA)


                                -30-

Renseignements : Catherine Escojido, 514 927-8807

Politique québécoise de la culture Partout, la culture, mais à quelles conditions ?

Montréal, le 27 juin 2017 – Réagissant au dépôt par le ministre de la Culture et des
Communications du document de consultation sur la politique culturelle, la Coalition a tenu à
saluer le fait que s’y trouve l’objectif d’améliorer la condition socioéconomique des artistes
professionnels et des travailleurs culturels. Cependant, elle déplore que l’engagement
soit simplement : « d’exercer une vigilance afin de faire évoluer ses outils en fonction des
changements survenus dans les différents milieux. » Le gouvernement doit exercer un leadership
qui dépasse la vigilance à cet égard.

Les quelque 176 000 artistes, artisans et travailleurs culturels du Québec qui représentent 3,7 % de la population active et génèrent environ 4 % du PIB, dont plusieurs sont sous juridiction des lois sur le statut de l’artiste, sont en droit de s’attendre à plus que des adaptations, mais à la mise en place d’outils permettant de leur offrir des conditions qui tiennent compte du caractère
atypique et souvent précaire de leurs emplois.

La Coalition a déposé le 2 juin dernier un plan d’action pour les ressources humaines en arts et
en culture au ministre dans lequel elle présentait les grands enjeux du secteur et une vingtaine
de pistes d’intervention pour une véritable reconnaissance des forces et des besoins spécifiques de l’écosystème des arts et de la culture. Il y est question d’améliorer les conditions de travail et de pratique pour l’ensemble de sa main-d’oeuvre – incluant la santé et la sécurité, la cohérence
dans les filières de formation et le soutien au développement des compétences, etc.

Il va de soi que la Coalition va demander à participer au forum de consultation prévu en
septembre et entend poursuivre son travail de sensibilisation auprès des élus, car s’il est
souhaitable que la culture soit partout, elle doit aussi rimer avec le développement économique
des communautés. « La culture est un secteur névralgique pour une société comme le Québec,
qui doit être porteur d’investissements publics et privés soutenus et comporter des mécanismes
permettant aux ressources humaines qui y oeuvrent de se développer et d’exceller. En ce sens, il est dommage que le gouvernement n’ait pas clairement indiqué l’ordre des moyens financiers dont disposera la politique », ont indiqué les porte-parole de la Coalition.

Quelques mots sur la CCCQ
La Coalition La culture, le coeur du Québec est née des suites de la campagne La culture, le coeur du Québec – Pour des carrières durables en culture, lancée le 14 février 2017 pour protester du fait qu’aucun représentant de la culture n’était invité au Rendez-vous national de la maind’oeuvre ni à siéger à la Commission des partenaires du marché du travail. Menée par un comité directeur composé des représentants de 11 organismes membres, elle regroupe à ce jour
46 organismes (voir la liste exhaustive ci-dessous) et a formé une délégation de cinq personnes qui a demandé à rencontrer dans les meilleurs délais le ministre de la Culture et des
Communications du Québec. Par cette Coalition, le milieu culturel s’unit pour militer en faveur de
meilleures conditions pour les ressources humaines en culture.
– 30 –
Pour renseignements :
Catherine Escojido : 514 927-8807 ou cescojido@aqtis.qc.ca

Source : Le comité directeur de la CCCQ
Gilles Charland | Alliance québécoise des techniciens de l'image et du son
Louise Chapados | Conseil des métiers d'art du Québec
Dominic Trudel |Conseil québécois de la musique
Franck Michel| Culture Montérégie
Christine Bouchard| En Piste - regroupement national des arts du cirque
Bernard Guérin | Regroupement des artistes en arts visuels du Québec
Sonia Pelletier | Regroupement des arts interdisciplinaires du Québec
Bastien Gilbert | Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec
Fabienne Cabado | Regroupement québécois de la danse
Stéphane Chagnon | Société des musées du Québec
Pierre Blanchet |Union des artistes

Autres organismes membres de la Coalition La culture, le coeur du Québec :


Association des galeries d’art contemporain
Association des libraires du Québec
Association des professionnels de l’édition musicale
Association des professionnels de l’industrie de l’humour
Association des professionnels des arts de la scène du Québec
Association des réalisateurs et réalisatrices du Québec
Association québécoise des marionnettistes
Centre québécois de l'institut canadien des technologies scénographiques
Conseil de la culture de l’Abitibi-Témiscamingue
Conseil de la culture de l’Estrie
Conseil de la culture de la Gaspésie
Conseil de la culture du Bas-St-Laurent

Conseil québécois des arts médiatiques
Conseil québécois du patrimoine vivant
Conseil québécois du théâtre
Conseil régional de la culture de Laval
Conseil régional de la culture et des communications de la Côte-Nord
Corporation culturelle des Îles-de-la-Madeleine, Arrimage
Culture Centre-du-Québec
Culture Lanaudière
Culture Laurentides
Culture Mauricie
Culture Outaouais
Culture Saguenay-Lac-Saint-Jean
Guilde canadienne des réalisateurs – conseil du Québec
Illustration Québec
La danse sur les routes
Regroupement du conte du Québec
Réseau d’enseignement de la danse
Réseau indépendant des diffuseurs d’événements artistiques unis
Société de développement des périodiques culturels du Québec
Société des auteurs de radio, télévision et cinéma
Société professionnelle des auteurs et des compositeurs du Québec
Théâtres UnisEnfance Jeunesse
Union des écrivaines et des écrivains québécois

46 ORGANISMES RÉCLAMENT UN PLAN D’ACTION GOUVERNEMENTAL POUR LES RESSOURCES HUMAINES EN CULTURE

Montréal, le 5 juin 2017. À l’approche du dévoilement de la future Politique culturelle du Québec, une coalition de 46 organismes de partout au Québec réclame qu’un volet soit consacré aux ressources humaines. Nommée Coalition La culture, le coeur du Québec (CCCQ), elle a élaboré une première esquisse de plan d’action pour les ressources humaines en culture qu’elle a fait parvenir vendredi dernier au ministre Luc Fortin.

Rappelant que les quelque 150 000 artistes, artisans et travailleurs culturels du Québec représentent 3,7 % de la population active et génèrent 3,5 % du PIB, la CCCQ fait état de quatre grandes ambitions pour le secteur des arts et de la culture :

1. qu’il soit reconnu comme un secteur créatif, innovant et stratégique pour le Québec;
2. qu’il dispose des ressources essentielles au maintien de sa compétitivité sur les marchés locaux, nationaux et internationaux;
3. qu’il obtienne le soutien nécessaire au développement professionnel des artistes, des artisans et des travailleurs culturels, salariés ou travailleurs autonomes;
4. qu’il soit en mesure d’offrir des conditions de rémunération concurrentielles pour faire face à la pénurie anticipée de ressources humaines, aux transformations des pratiques et de l’emploi, à la forte concurrence mondiale et aux défis du numérique.

Le plan d’action pour les ressources humaines en arts et en culture que propose la CCCQ résume en six pages les grands enjeux du secteur et dégage une vingtaine de pistes d’intervention pour une vraie reconnaissance des forces, de l’apport, des spécificités et des besoins de l’économie des arts. Sont notamment visées de meilleures conditions de travail et de pratique pour l’ensemble de sa main-d’oeuvre – incluant des mesures assurant la santé et la sécurité, le renforcement du secteur par une plus grande cohérence dans les filières de formation et un meilleur soutien au développement des compétences et des carrières ainsi qu’à la stabilité des structures organisationnelles.

« Nous mettons en valeur notre diversité culturelle, favorisons la cohésion sociale, contribuons au développement du tourisme, des régions, de la diplomatie, de la créativité et de l’innovation », rappelle Christine Bouchard, directrice générale d’En Piste, le regroupement national des arts du cirque et l’une des cinq porte-paroles de la CCCQ. « En moyenne 60 % de la main-d’oeuvre du secteur sont des travailleurs autonomes qui sont moins protégés et moins soutenus que les salariés », souligne Stéphane Chagnon, son homologue de la Société des musées du Québec, « une profonde réflexion est nécessaire au Québec pour tenir compte de la réalité des travailleurs atypiques dont le nombre est en forte croissance ». « La mise en place d’actions concertées dans le cadre des politiques gouvernementales des instances de la culture, de l’emploi et de l’éducation s’impose si l’on veut pouvoir continuer de s’enorgueillir collectivement de la force de la culture québécoise », poursuit Franck Michel, directeur général de Culture Montérégie et également porte-parole de la CCCQ. « Il est plus que temps que le gouvernement agisse directement pour améliorer la situation des ressources humaines d’un secteur aussi névralgique que la culture pour le Québec », conclut Gilles Charland, directeur général de l’Alliance québécoise des techniciens de l'image et du son (AQTIS).

Quelques mots sur la CCCQ
La Coalition La culture, le coeur du Québec est née des suites de la campagne La culture, le coeur du Québec – Pour des carrières durables en culture, lancée le 14 février 2017 pour protester du fait qu’aucun représentant de la culture n’était invité au Rendez-vous national de la main-d’oeuvre ni à siéger à la Commission des partenaires du marché du travail. Menée par un comité directeur composé des représentants de 11 organismes membres, elle regroupe à ce jour 46 organismes (voir la liste exhaustive ci-dessous) et a formé une délégation de cinq personnes qui a demandé à rencontrer dans les meilleurs délais le ministre de la Culture et des Communications du Québec.

Informations et demandes d’entrevue :
Audrey Jobin : 514 844-2113 poste 249 ou ajobin@aqtis.qc.ca

Source : Le comité directeur de la CCCQ
Gilles Charland | Alliance québécoise des techniciens de l'image et du son
Louise Chapados | Conseil des métiers d'art du Québec
Dominic Trudel |Conseil québécois de la musique
Franck Michel | Culture Montérégie
Christine Bouchard| En Piste - regroupement national des arts du cirque
Bernard Guérin | Regroupement des artistes en arts visuels du Québec
Sonia Pelletier | Regroupement des arts interdisciplinaires du Québec
Bastien Gilbert | Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec
Fabienne Cabado | Regroupement québécois de la danse
Stéphane Chagnon | Société des musées du Québec
Pierre Blanchet |Union des artistes

Autres organismes membres de la Coalition La culture, le coeur du Québec

Association des galeries d’art contemporain
Association des libraires du Québec
Association des professionnels de l’édition musicale
Association des professionnels de l’industrie de l’humour
Association des professionnels des arts de la scène du Québec
Association des réalisateurs et réalisatrices du Québec
Association québécoise des marionnettistes
Conseil de la culture de l’Abitibi-Témiscamingue
Conseil de la culture de l’Estrie
Conseil de la culture de la Gaspésie
Conseil de la culture du Bas-St-Laurent
Conseil québécois des arts médiatiques
Conseil québécois du patrimoine vivant
Conseil québécois du théâtre
Conseil régional de la culture de Laval
Conseil régional de la culture et des communications de la Côte-Nord
Corporation culturelle des Îles-de-la-Madeleine, Arrimage
Culture Centre-du-Québec
Culture Lanaudière
Culture Laurentides
Culture Mauricie
Culture Outaouais
Culture Saguenay-Lac-Saint-Jean
Guilde canadienne des réalisateurs – conseil du Québec
Illustration Québec
Institut canadien des technologies scénographiques
La danse sur les routes
Regroupement du conte du Québec
Réseau d’enseignement de la danse
Réseau indépendant des diffuseurs d’événements artistiques unis
Société de développement des périodiques culturels du Québec
Société des auteurs de radio, télévision et cinéma
Société professionnelle des auteurs et des compositeurs du Québec
Théâtres Unis Enfance Jeunesse
Union des écrivaines et des écrivains québécois

LA CULTURE, LE CŒUR DU QUÉBEC : POUR DES CARRIÈRES DURABLES !

Ignoré lors du Rendez-vous national sur la main-d’œuvre, le milieu culturel lance une campagne pour un meilleur soutien aux emplois culturels et atypiques


Québec, le 14 février 2017 - À deux jours du Rendez-vous national sur la main-d’œuvre présidé par le premier ministre Philippe Couillard, plus de 50 associations et regroupements du secteur de la culture interpellent aujourd’hui le gouvernement sur l’importance de prendre en compte la réalité des quelques 150 000 artisans, artistes, enseignants et travailleurs culturels et mieux soutenir leur contribution exceptionnelle à la société québécoise et à son rayonnement. A cette occasion, ils lancent la campagne La culture, le coeur du Québec - Pour des carrières durables, qui vise à encourager le gouvernement à adapter ses politiques et ses interventions aux travailleurs atypiques, dont ceux du secteur culturel, qui représentent aujourd’hui près de 40 % de la main-d’œuvre au Québec. Ils déplorent de plus que le gouvernement ne fasse aucune place au secteur culturel dans le cadre du Rendez-vous national sur la main-d’œuvre.

« La culture est bel et bien au cœur du Québec. Nous représentons 3,7 % de la population active, avec 150 000 artisans, artistes, enseignants et travailleurs culturels. Notre secteur représente 3,5 % du PIB. Nous mettons en valeur notre diversité culturelle, favorisons la cohésion sociale, contribuons au développement du tourisme, des régions, de la diplomatie, de la créativité et de l’innovation », déclare Christine Bouchard, directrice générale d’En Piste, le regroupement national des arts du cirque. « Il est temps que le gouvernement du Québec se penche sur les questions de main-d’œuvre propres à un secteur si important pour le Québec », poursuit-elle.

Les mesures et programmes gouvernementaux doivent s’adapter au travail atypique
Les discussions du Rendez-vous sur la main-d’œuvre aborderont notamment le thème des emplois du futur, et ne peuvent se tenir sans que le secteur de la culture soit consulté, font valoir les porte-parole. Ils souhaitent contribuer à la discussion et partager leur expérience, en particulier sur le virage du numérique auquel le milieu est confronté depuis plusieurs années.

Les associations et regroupements font également valoir que la réalité du monde du travail dans le secteur culturel est très représentative de celle de près de 40% de la main-d’œuvre québécoise, celle des travailleurs et travailleuses atypiques, qui cumulent les emplois, les mandats à la pièce, les contrats ponctuels et jonglent avec plusieurs employeurs. Ils déplorent que cette réalité soit complètement occultée des discussions au Rendez-vous national sur la main-d’œuvre et soutiennent que l’exclusion du secteur culturel des discussions au Rendez-vous ne permettait pas d’identifier les bonnes pistes de solutions.

« Du côté des diffuseurs par exemple, le cumul de tâches et de responsabilités très variées qui va de la gestion d’une billetterie à la direction artistique d’une programmation exige des compétences spécialisées très diversifiées. Or c’est souvent une seule et même personne qui se retrouve en mode multitâches, faute de budget adéquat. Les conditions de travail n’ont aucune commune mesure avec celles d’autres milieux. On retrouve encore sur le territoire des structures entièrement bénévoles. Résultat : faute de moyens, nous vivons actuellement, à la grandeur du territoire, un essoufflement marqué des ressources humaines », explique Louise Martin, présidente de RIDEAU.

Les différents regroupements et associations représentent les domaines des arts visuels, de l’audiovisuel, de la danse, de la musique, du théâtre, du cirque et arts interdisciplinaires; de l’enregistrement sonore; de la littérature; des métiers d'art; de muséologie et patrimoine; du spectacle, de la variété et l’humour. Les intervenants ont pointé du doigt les politiques et programmes qui sont aujourd’hui complètement inadaptés aux nouvelles réalités du marché du travail.

Un secteur culturel dynamique, mais qui commence à manquer de souffle « Au-delà de nos grands succès, nous vivons un véritable essoufflement », poursuit Jack Robitaille, vice-président de l’Union des artistes du Québec. « Comme plusieurs, nous avons subi des coupures importantes, nous devons nous adapter à un marché du travail en profond bouleversement, notamment avec l’arrivée du numérique. Comme travailleurs atypiques, ceux et celles qui font le milieu de la culture au Québec n’ont bien souvent pas accès aux grandes mesures de soutien d’Emploi Québec. De plus, nous sommes sans régime d’indemnisation durant nos périodes sans contrat, sans accès aux programmes de soutien à l’employabilité. On a une bonne réflexion à faire au Québec pour tenir compte de cette réalité en forte croissance », ajoute-t-il.

Les représentants du milieu culturel font des demandes précises au gouvernement
Les représentants du milieu culturel insistent également sur l’importance de réinvestir efficacement dans les programmes de formation et le développement de la main-d’œuvre afin que le secteur demeure innovant et durable dans un contexte de transformation du marché du travail.

Les 50 associations et regroupements interpellent ainsi le gouvernement sur deux recommandations essentielles pour la vitalité et la viabilité des emplois :

● Intégrer un volet ressources humaines dans la future Politique culturelle pour décrire les réalités du secteur et intégrer des solutions qui répondent aux spécificités du secteur en matière d’embauche, de perfectionnement tout au long de la vie et de degré de polyvalence, de transition professionnelle ;

● Mettre en place un Plan d'action gouvernemental piloté par le ministre de l’Emploi et de la Solidarité sociale du Québec afin d’avoir une vision concertée entre les différents ministères  et organismes concernés par les enjeux de la main-d’œuvre du secteur de la culture.

« Nous souhaitons que le Québec ait une vision globale dans ses politiques et interventions et avec tous les ministères concernés, afin que le secteur culturel demeure performant, créatif et innovant. Le gouvernement doit soutenir et encourager l’accès à des emplois de qualité, la formation professionnelle, l’intégration de la relève et préserver l’expertise pour des carrières durables en culture », insiste  Paule Beaudry, directrice générale, La danse sur les routes du Québec.


À propos de la campagne
La campagne La culture, le cœur du Québec - Pour des carrières durables, est une initiative de plus de 50 associations et regroupements du milieu culturel de partout au Québec, dans les domaines des arts visuels, de l’audiovisuel, de la danse, de la musique, du théâtre, du cirque et arts interdisciplinaires ; de l’enregistrement sonore ; de la littérature ; des métiers d'art ; de muséologie et patrimoine ; du spectacle, de la variété et l’humour. Ces artistes, artisans, enseignants et travailleurs culturels souhaitent encourager le gouvernement du Québec à adapter ses politiques et ses interventions aux travailleurs atypiques, dont ceux du secteur culturel (150 000 professionnels), qui représentent aujourd’hui près de 40 % de la main-d’œuvre au Québec.

Pour consulter la liste des signataires et la page Facebook de la campagne :  https://www.facebook.com/CultureCoeur/

-30-
Renseignements
Emilie Novales
COPTICOM
514-577-5838
enovales@copticom.ca

1. Ministères de la Culture, de l’Emploi, de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur, de l’Économie, de l’Immigration, du Tourisme, Conseil du trésor, etc.

 

Premier budget Morneau : Progrès majeur pour les arts et les lettres au Canada

(Montréal, 22 mars 2016) – « Le Conseil des arts du Canada voit ses besoins financiers reconnus par le gouvernement fédéral », a réagi l’écrivain et porte-parole du Mouvement pour les arts et les lettres, Stanley Péan, à l’annonce à l’effet que les crédits parlementaires accordés au Conseil des arts du Canada (CAC) seraient accrus de 180 millions de dollars d’ici 5 ans, soit le double de ses crédits actuels.

Le budget Morneau annonce que les crédits parlementaires du CAC seront accrus de 40 millions de dollars en 2016-2017, de 75 millions en 2017-2018, de 110 millions en 2018-2019, de 145 millions en 2019-2020 et de 180 millions en 2020-2021.

« Avec cette annonce, le gouvernement Trudeau remplit ses engagements. Le soutien à la création artistique redevient une priorité dans les politiques du gouvernement fédéral, ce qui est très positif », a précisé M. Péan. Cette revendication des milieux culturels canadiens en faveur de l’augmentation du budget du CAC est vieille de plus d’une décennie.

Le Mouvement souligne aussi une mesure intitulée « Présenter les industries culturelles du Canada au monde entier » avec des crédits de 10 millions de dollars en 2016-2017 et de 25 millions en 2017-2018. « Ces mesures sont clairement un début de réponse aux coupes effectuées dans la diplomatie culturelle et les programmes Promart et Routes commerciales par le gouvernement conservateur et qui avaient fait grand bruit en 2008 », a fait remarquer le porte-parole du Mouvement. « Ici aussi, le changement de cap est visible ».

Le Mouvement se réjouit également de l’augmentation des crédits parlementaires de Radio-Canada à raison de 75 millions de dollars en 2016-2017 et de 150 millions par année à compter de 2017-2018.


Québec invité à reconnaître à son tour les besoins du cœur créatif

« Le déblocage historique qui survient aujourd’hui au niveau fédéral a pour effet de mettre en évidence le temps que prend Québec à faire de même », a poursuivi M. Péan, qui s’explique mal que le gouvernement québécois n’ait pas été le premier à opérer un redressement majeur dans les crédits du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), malgré des années de revendication et plusieurs études démontrant l’ampleur des besoins et des défis.


Le Mouvement estime que les crédits d’environ 90 millions de dollars pour les programmes de base du CALQ devraient se situer à 135 millions de dollars pour tenir compte de l’inflation depuis 10 ans et de la croissance des besoins due au poids grandissant du secteur culturel dans l’économie. Cette insuffisance persistante aggrave la fragilité et compromet le dynamisme – comme démontré par plusieurs études – du milieu des arts et des lettres. M. Péan a assuré que le Mouvement redoublerait d’efforts pour amener Québec à suivre la voie tracée par Ottawa.


À propos du Mouvement pour les arts et les lettres

Le Mouvement pour les arts et les lettres regroupe six organisations nationales et treize conseils régionaux de la culture du secteur des arts et des lettres, qui représentent des milliers d'artistes professionnels, écrivains et travailleurs culturels.

Le Mouvement regroupe les organisations suivantes : Conseil québécois de la musique, Conseil des métiers d’art du Québec, Conseil québécois des arts médiatiques, Regroupement québécois de la danse, Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec, En Piste – le regroupement national des arts du cirque, ainsi que treize conseils régionaux de la culture :

- Conseil de la culture de l'Abitibi-Témiscamingue
- Conseil de la culture du Bas-Saint-Laurent
- Conseil de la culture de l’Estrie
- Conseil de la culture de la Gaspésie
- Conseil de la culture des Laurentides
- Conseil de la culture des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches
- Conseil montérégien de la culture et des communications
- Conseil régional de la culture et des communications de la Côte-Nord
- Conseil régional de la culture Saguenay – Lac-Saint-Jean
- Culture Centre-du-Québec
- Culture Lanaudière
- Culture Mauricie
- Culture Outaouais


- 30 -

Source : Mouvement pour les arts et les lettres

Renseignements pour les médias : 
France Bouffard
Sphère Communication
Portable : 514 718-4811
fbouffard@spherecom.qc.ca


Sylvie Raymond
Mouvement pour les arts et les lettres
Portable : 450 880-2562
sylvieraymond@ordiamicus.com

Financement des arts et lettres : le Québec n'emboîte pas le pas à Ottawa

(Montréal, 17 mars 2016) –  Le Mouvement pour les arts et les lettres constate que le 3e budget Leitao ne reconnaît toujours pas le besoin de redressement structurel du budget du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ). Le Mouvement estime que les crédits d’environ 90 millions de dollars du CALQ nécessiteraient une hausse de 45 millions de dollars due à la croissance des besoins et au poids grandissant du secteur culturel dans l’économie. Cet écart persistant aggrave la fragilité – démontrée par plusieurs études – du milieu des arts et des lettres au Québec.

« Nous aurions voulu voir le gouvernement Couillard agir de façon décisive pour rattraper le retard accumulé. Le financement du cœur créatif demeure le maillon faible de l’édifice culturel au Québec. Tout comme Ottawa, qui s’est engagé à doubler le budget du Conseil des arts du Canada, le gouvernement du Québec doit donner lui aussi le coup de barre nécessaire », a rappelé l’écrivain et porte-parole du Mouvement, Stanley Péan.

Cinq millions ciblés pour les 4 à 11 ans

Le budget Leitao annonce tout de même des crédits de 5 millions de dollars par année pour « l’offre de création en faveur des enfants âgés de 4 à 11 ans, en renforçant l’appui aux créateurs par le Conseil des arts et des lettres du Québec ». Les objectifs et modalités de ce nouveau programme très ciblé seront connus ultérieurement.

Nouvelles coupes au CALQ ?

Le Mouvement constate aussi qu’une menace de coupes continue de planer sur le CALQ. En effet, les documents budgétaires indiquent que les nouvelles dépenses en culture seront financées, en partie, par diverses mesures d’économie et d’efficience devant être mises en place par les organismes et les sociétés d’État relevant du ministère de la Culture et des Communications. Le Mouvement chiffre les nouvelles « mesures d’économie et d’efficience » qui seront demandées à ces organismes pour 2016-2017 à environ 1,4 million de dollars.

« Le Mouvement exige que le CALQ soit épargné par ces nouvelles coupes. Il croit que les coupes de 2,5 millions de dollars effectuées l’an dernier dans les crédits du CALQ auraient dues être renversées en priorité, avant de proposer de nouvelles initiatives. Au lendemain de ce budget, les problématiques créées par ces coupes demeurent entières et aiguës», a déploré M. Péan.

 

À propos du Mouvement pour les arts et les lettres

Le Mouvement pour les arts et les lettres regroupe six organisations nationales et treize conseils régionaux de la culture du secteur des arts et des lettres, qui représentent des milliers d'artistes professionnels, écrivains et travailleurs culturels.

Le Mouvement regroupe les organisations suivantes : Conseil québécois de la musique, Conseil des métiers d’art du Québec, Conseil québécois des arts médiatiques, Regroupement québécois de la danse, Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec, En Piste – le regroupement national des arts du cirque, ainsi que treize conseils régionaux de la culture :

- Conseil de la culture de l'Abitibi-Témiscamingue
- Conseil de la culture du Bas-Saint-Laurent
- Conseil de la culture de l’Estrie
- Conseil de la culture de la Gaspésie
- Conseil de la culture des Laurentides
- Conseil de la culture des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches
- Conseil montérégien de la culture et des communications
- Conseil régional de la culture et des communications de la Côte-Nord
- Conseil régional de la culture Saguenay – Lac-Saint-Jean
- Culture Centre-du-Québec
- Culture Lanaudière
- Culture Mauricie
- Culture Outaouais


- 30 -

 

Source : Mouvement pour les arts et les lettres

Renseignements pour les médias : 
France Bouffard
Sphère Communication
Portable : 514 718-4811
fbouffard@spherecom.qc.ca

Sylvie Raymond
Mouvement pour les arts et les lettres
Portable : 450 880-2562
sylvieraymond@ordiamicus.com

Le gouvernement du Québec impose une coupe sans précédent au Conseil des arts et des lettres du Québec

(Montréal, 23 juin 2015) – Le Mouvement pour les arts et les lettres a fait part aujourd’hui de son état de choc après que la ministre de la Culture et des Communications, Hélène David, ait commandé une coupe surprise de 2,5 millions de dollars dans le budget du Conseil des arts et des lettres (CALQ). Le Mouvement a immédiatement demandé une rencontre avec la ministre.

La nouvelle de cette coupe a été annoncée en fin d’avant-midi par la direction du CALQ. Les coupes s’étendraient aussi au ministère de la Culture et des Communications et aux autres sociétés d’état ayant une mission culturelle. Le Mouvement demande à avoir le portrait global de ces coupes surprises en culture.

« Cette coupe dans les crédits du CALQ est un événement historique : elle frappe dur et vise pour la première fois les programmes de base. Elle contraste avec les propos de la ministre lors du dernier budget, assurant que les crédits de son ministère et du CALQ étaient préservés. Il s’agit clairement d’une volte-face », a dénoncé l’écrivain et porte-parole du Mouvement pour les arts et les lettres, Stanley Péan.

La ministre s’en prend au cœur créatif

La coupe survient alors qu’une toute récente étude de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain démontre que le cœur créatif, fondation de tout l’édifice culturel, est encore plus mal en point qu’il ne l’était il y a 5 ans, avec des artistes, interprètes et auteurs dont le revenu moyen n’est que de 23 500 $ (par rapport à 43 500 $ en moyenne pour tout le secteur culturel) et qui a reculé de 4 % entre 2008 et 2013.

« À peine quelques jours après ce cri d’alarme de la Chambre sur la fragilité du cœur créatif, la ministre répond par des coupes qui affectent tout l’écosystème des créateurs et, en particulier, le principal organisme les soutenant. C’est incompréhensible ! », a insisté Stanley Péan.

Selon le Mouvement, ces coupes auront pour effet de faire porter aux programmes de base du CALQ (bourses et subventions aux créateurs et aux organismes de production, de diffusion et de service) le financement des nouvelles initiatives dans le cadre de la stratégie culturelle numérique, la coupe correspondant à l’essentiel des crédits annuels du CALQ pour cette stratégie.

Le Mouvement voit dans ce geste une preuve additionnelle du sous-financement chronique du CALQ qu’il dénonce depuis des années. Il estime les besoins actuels du conseil pour ses seuls programmes de base à 135 millions de dollars.

Le procédé utilisé est aussi dénoncé. Le couperet tombe un 23 juin, plusieurs mois après l’adoption du budget et l’étude des crédits en commission parlementaire, sans que de telles coupes aient été présagées. « Il y a quelque chose de sournois à la fois dans le fait que des coupes surviennent et dans le moment choisi pour les annoncer », a fait remarquer M. Péan.

Le Mouvement a également été informé récemment de coupes affectant les conseils régionaux de la culture.

À propos du Mouvement pour les arts et les lettres

Le Mouvement pour les arts et les lettres regroupe six organisations nationales et treize conseils régionaux de la culture du secteur des arts et des lettres, qui représentent des milliers d'artistes professionnels, écrivains et travailleurs culturels.

Le Mouvement regroupe les organisations suivantes : Conseil québécois de la musique, Conseil des métiers d’art du Québec, Conseil québécois des arts médiatiques, Regroupement québécois de la danse, Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec, En Piste – le regroupement national des arts du cirque, ainsi que treize conseils régionaux de la culture :

- Conseil de développement culturel du Centre-du-Québec
- Conseil de la culture de l'Abitibi-Témiscamingue
- Conseil de la culture du Bas-Saint-Laurent
- Conseil de la culture de l’Estrie
- Conseil de la culture de la Gaspésie
- Conseil de la culture des Laurentides
- Conseil de la culture des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches
- Culture Mauricie
- Conseil montérégien de la culture et des communications
- Conseil régional de la culture et des communications de la Côte-Nord
- Conseil régional de la culture de l'Outaouais
- Conseil régional de la culture Saguenay-Lac-Saint-Jean
- Culture Lanaudière.

- 30 -


Source : Mouvement pour les arts et les lettres

Renseignements pour les médias : 
France Bouffard
Sphère Communication
Portable : 514 718-4811
fbouffard (a) spherecom.qc.ca

Sylvie Raymond
Mouvement pour les arts et les lettres
Portable : 450 880-2562
sylvieraymond (a) ordiamicus.com

Une nouvelle résidence de création en Autriche pour les artistes du Québe

MONTRÉAL, le 2 juin 2014 - Le président-directeur général du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), M. Stéphan La Roche et le gouverneur de la Haute-Autriche, M. Josef Pühringer, ont conclu une entente de partenariat culturel qui a été signée en présence de la ministre des Relations internationales du Québec et de la Francophonie, Mme Christine St-Pierre, dans le cadre de la 7e Conférence des chefs de gouvernement des Régions partenaires qui a lieu aujourd'hui à Atlanta aux États-Unis. Cette entente scelle un accord de réciprocité qui permettra aux artistes de faire un séjour de création de deux mois à Linz, en Haute-Autriche ou à Sherbrooke, au Québec.

« Je me réjouis de voir s'étendre la collaboration culturelle entre le Québec et la Haute-Autriche. Cette entente favorisera non seulement le partage de talents entre nos territoires mais sera également une excellente vitrine pour faire rayonner la créativité des artistes de chez nous à l'international », a souligné la ministre St-Pierre.

« Les résidences de création représentent une merveilleuse occasion pour nos artistes de vivre des expériences riches et stimulantes et d'y bâtir des collaborations fructueuses tout en leur donnant l'occasion de développer leur carrière professionnelle. Le réseau de résidences du CALQ est devenu une référence mondiale. Je le félicite chaleureusement pour son travail en faveur du dynamisme et de l'excellence de la création québécoise et de son rayonnement sur la scène internationale », a mentionné la ministre de la Culture et des Communications et ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, Mme Hélène David.

« Il est toujours très stimulant de travailler avec des partenaires qui partagent la même passion pour les arts et les lettres et qui croient en l'importance d'encourager l'expression des talents créateurs. Je suis très heureux de l'implantation de cette nouvelle résidence de création en Haute-Autriche qui s'ajoute au prestigieux réseau de lieux d'accueil répartis dans 18 pays et 24 villes que nous avons développé depuis 20 ans », a déclaré le président-directeur général du CALQ, Stéphan La Roche.

L'entente, qui couvre une période de deux ans, vise la création d'un programme de réciprocité destiné aux artistes professionnels du Québec et de la Haute-Autriche dans le domaine des arts visuels et des arts numériques. Dans le cadre de cet échange, un artiste québécois pourra séjourner deux mois dans l'un des neuf studios composant la Résidence internationale d'artistes de la ville de Linz et un artiste haut-autrichien effectuera une résidence de création d'une durée identique au centre SPOROBOLE, à Sherbrooke. Cette entente fait suite à l'intérêt du Gouvernement de Haute-Autriche d'établir un partenariat culturel avec le Québec dans le cadre de la rencontre d'Atlanta. La date limite d'inscription à cette résidence est le 9 juin 2014.

Les résidences de création du CALQ

Depuis vingt ans, le CALQ développe, en partenariat avec des organismes gouvernementaux, des fondations privées, des organisations artistiques et d'autres conseils des arts, un réseau de résidences de création à l'intention des artistes et des écrivains de différentes générations, toutes disciplines confondues. Ainsi, le CALQ vise notamment à soutenir et encourager les créateurs en mettant à leur disposition des moyens appropriés à la réalisation et à la diffusion de leurs œuvres. Il accorde annuellement des bourses leur permettant de faire un séjour en résidence au Canada et dans 18 autres pays avec lesquels le Québec souhaite développer des liens culturels durables. En retour, le CALQ accueille des artistes en provenance des trois Amériques, d'Europe et d'Afrique.

Depuis 20 ans, qu'il célèbre cette année, le CALQ soutient dans toutes les régions du Québec la création, l'expérimentation et la production dans les domaines des arts et des lettres et en favorise le rayonnement au Québec, au Canada et à l'étranger. Pour en connaître davantage sur le CALQ et sur ses résidences de création : www.calq.gouv.qc.ca/artistes/studios_prog.htm

Renseignements
Christian O'Leary
Directeur des communications et
de la promotion des arts et des lettres
Conseil des arts et des lettres du Québec
Tél. : 514 864-2930 ou 1 800 608-3350
www.calq.gouv.qc.ca

1,5 M$ pour soutenir une plateforme nationale numérique de distribution et de diffusion d’œuvres d’arts médiatiques

Ottawa, le 22 mai 2014 – Le Conseil des arts du Canada a annoncé aujourd’hui un investissement de 1,5 million de dollars pour soutenir la création d’une plateforme nationale de distribution et de diffusion numérique de films et de vidéos canadiens indépendants qui permettra aux programmateurs, aux conservateurs, aux réalisateurs, aux artistes et au grand public d’avoir accès à des milliers d’œuvres d’arts médiatiques indépendantes. Le Conseil des arts accorde un financement unique sur une période de trois ans pour ce projet, conçu et géré par une coalition de distributeurs canadiens indépendants d’œuvres d’arts médiatiques.

À propos de la plateforme et de la coalition

La plateforme vient répondre au besoin d’avoir accès à une infrastructure en ligne pour diffuser et présenter du contenu créatif à des diffuseurs et des conservateurs nationaux et internationaux, ainsi qu’à des acheteurs publics.

Cette initiative s’appuie sur les recommandations contenues dans le rapport Distribution de films et vidéos réalisés par des artistes, qui examinait le rôle du Conseil dans le maintien de la santé du secteur des arts médiatiques et dans l’amélioration de l’accessibilité aux productions et du rendement financier pour les artistes.

Le lancement de la plateforme, qui comprendra des œuvres existantes, auxquels d’autres viendront s’ajouter régulièrement, se fera au printemps 2016.

Aucun des fonds destinés aux programmes de subventions du Conseil n’a été affecté à ce projet.

Formée en 2013, la Coalition canadienne des distributeurs indépendants d’arts médiatiques regroupe les organismes suivants : Canadian Filmmakers Distribution Centre (CFMDC), Groupe Intervention Vidéo (GIV), Les Films du 3 mars (F3M), Moving Images Distribution, Vidéo Femmes, Video Pool, Video Out Distribution (VIVO), et Winnipeg Film Group. D’autres organismes pourront se joindre à la Coalition dans l’avenir.

Citations

« Cette plateforme de distribution et de diffusion offre un espace numérique important et nécessaire tant du point de vue de l’offre que de la demande, a affirmé Robert Sirman, directeur et chef de la direction du Conseil des arts. La plateforme fournira aux artistes indépendants canadiens des arts médiatiques une nouvelle vitrine pour promouvoir leurs œuvres, et aux diffuseurs un accès sans précédent à du contenu de grande qualité. Résultat? Un nombre accru d’œuvres d’arts médiatiques canadiennes remarquables sera diffusé au Canada comme à l’étranger. »

« L’Alliance des arts médiatiques indépendants remercie le Conseil des arts du Canada de son soutien et de cet investissement important dans le projet de diffusion numérique, a indiqué Kevin Allen, président de l’Alliance. Les fonds accordés auront un impact considérable sur la communauté et l’infrastructure des arts médiatiques au Canada, en créant de nouvelles perspectives d’exposition et de diffusion pour les artistes et en dénichant de nouveaux publics, au Canada et à l’échelle internationale, pour les arts médiatiques indépendants du Canada. »

Renseignements généraux
Le Conseil des arts du Canada est l’organisme national de soutien aux arts du Canada. Ses subventions et paiements aux artistes et aux organismes contribuent au dynamisme d’un secteur artistique dont profite l’ensemble de la population. Ses prix célèbrent la créativité en récompensant des Canadiens d’exception en arts, en lettres et en sciences. La Banque d’œuvres d’art du Conseil des arts possède une collection nationale de plus de 17 000 œuvres d’art contemporain canadien qui sont accessibles au public grâce à des programmes de location, de prêt et de diffusion. La Commission canadienne pour l’UNESCO relève du Conseil des arts.

-30-

Médias, s’adresser à :  

Heather McAfee : 1-800-263-5588 ou 613-566-4414, poste 4166

Mireille Allaire : 1-800-263-5588 ou 613-566-4414, poste 4523

                                  

500 jours depuis l’élection du gouvernement du Parti Québécois - Le temps presse de redresser le budget du CALQ !

Québec, 16 janvier 2014 – Le Mouvement pour les arts et les lettres souligne aujourd’hui le 500e jour au pouvoir du gouvernement du Parti Québécois (PQ) en rappelant que sa promesse de redresser le budget du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) en ajoutant 13 millions de dollars n’a toujours pas été remplie. Compte tenu de l’urgence de concrétiser cet engagement dès le prochain budget du Québec, le Mouvement entend tenir le décompte des jours d’ici la réalisation de cette promesse.

«  Lors du dernier budget du Québec, les artistes, les travailleurs et les organismes culturels ont été déçus de constater que cette promesse n’était pas honorée. On rappellera cet engagement au gouvernement aussi longtemps que nécessaire, car il est vital pour l’avenir des arts et des lettres au Québec », a mentionné l’écrivain et porte-parole du Mouvement, Stanley Péan.

Par son soutien, le CALQ a un impact structurant sur la création, l’innovation et le dynamisme du secteur des arts et des lettres québécois. La bourse et la subvention moyennes aux artistes et aux organismes sont inférieures à ce qu’elles étaient il y a dix ans. « C’est fort préoccupant parce que ce financement est à la base même de la culture québécoise, qui doit continuer à innover et à se démarquer sur les scènes régionale et internationale, de même que dans l’univers numérique », a conclu Stanley Péan.

Rappel des faits

Rappelons que le 23 août 2012, alors que la campagne électorale battait son plein, le PQ énonçait l’engagement suivant dans un communiqué de presse :

« Un gouvernement du Parti Québécois s'investira dans le rayonnement de la culture et le soutien aux artistes. Le budget du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) sera augmenté de 13 millions de dollars pour atteindre 100 millions par année. Cette augmentation servira entre autres à soutenir le CALQ dans la mise en place d'une stratégie numérique, le défi majeur de l'industrie culturelle aujourd'hui ».

Malgré l’inflation, la valeur des bourses du CALQ n’a pas évolué depuis 10 ans et le taux de réponse favorable a chuté de 39 % à 28 %. Dans le même temps, soit entre 2001-2002 et 2012-2013, la subvention moyenne aux organismes artistiques a diminué de 8 %.  Le Mouvement estime à 135 millions de dollars le budget dont le CALQ aurait besoin pour offrir des bourses et des subventions équivalentes à celles qu’il offrait aux artistes et aux organismes en 2001-2002.

À propos du Mouvement pour les arts et les lettres

Le Mouvement pour les arts et les lettres regroupe six organisations nationales et treize conseils régionaux de la culture du secteur des arts et des lettres, qui représentent des milliers d'artistes professionnels, écrivains et travailleurs culturels.

Le Mouvement regroupe les organisations suivantes : Conseil québécois de la musique, Conseil des métiers d’art du Québec, Conseil québécois des arts médiatiques, Regroupement québécois de la danse, Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec, En Piste – le regroupement national des arts du cirque, ainsi que treize conseils régionaux de la culture :
- Conseil de développement culturel du Centre-du-Québec
- Conseil de la culture de l'Abitibi-Témiscamingue
- Conseil de la culture du Bas-Saint-Laurent
- Conseil de la culture de l’Estrie
- Conseil de la culture de la Gaspésie
- Conseil de la culture des Laurentides
- Conseil de la culture des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches
- Culture Mauricie
- Conseil montérégien de la culture et des communications
- Conseil régional de la culture et des communications de la Côte-Nord
- Conseil régional de la culture de l'Outaouais
- Conseil régional de la culture Saguenay-Lac-Saint-Jean
- Culture Lanaudière.

Source : 
Sylvie Raymond
Mouvement pour les arts et les lettres
Portable : 450 880-2562
sylvieraymond (a) ordiamicus.com

Le CALQ doit être la priorité culturelle du prochain budget du Québec

Des représentants du Mouvement pour les arts et les lettres (M.A.L.) rencontrent aujourd’hui des parlementaires de toutes les formations politiques à l’Assemblée nationale pour les sensibiliser à l’importance de redresser le budget du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ). Auprès du ministre de la Culture et des Communications, Maka Kotto, le Mouvement a notamment demandé que l’engagement du gouvernement d’ajouter 13 millions de dollars au budget du CALQ se concrétise sans délai dans le prochain budget du Québec.

« Nous avons démontré aux parlementaires que le CALQ n’arrive plus à remplir adéquatement sa mission fondamentale de soutien à la création et à la diffusion. Le financement offert aux artistes et aux organismes est à la base de l’édifice culturel et son lent tarissement se fait aujourd’hui lourdement sentir, a rappelé l’écrivain et porte-parole du Mouvement, Stanley Péan. Les difficultés sont d’autant plus grandes à surmonter que les artistes et les organismes – dont le CALQ reconnaît l’excellence et auxquels il offre un financement de base – doivent relever plusieurs nouveaux défis, notamment faire leur place dans l’univers numérique, s’exporter et assurer une meilleure circulation des œuvres en région », a complété M. Péan.

Le Mouvement observe depuis plusieurs années l’épuisement progressif du CALQ. À titre d’exemples, les bourses sont demeurées au même niveau depuis 10 ans et ce, malgré l’inflation, tandis que la subvention moyenne aux organismes artistiques a diminué de 8 %; le taux de réponse favorable aux demandes de bourses a chuté de 39 % à 28 % entre 2001-2002 et 2012-2013.

Le Mouvement estime à 135 millions de dollars le budget dont le CALQ aurait besoin aujourd’hui pour offrir des bourses et des subventions équivalentes à celles qu’il offrait aux artistes et aux organismes en 2001-2002. L’an dernier, le budget du CALQ est demeuré inchangé à 87 millions de dollars. Le gouvernement du Parti Québécois s’est engagé, lors de la dernière campagne électorale, à ajouter 13 millions de dollars à ce budget, pour le porter à 100 millions de dollars. Reconnaissance non équivoque des besoins du CALQ, cet engagement n’a été ni rempli ni même évoqué dans le budget de novembre 2012, « ce qui a été une grande déception dans le monde des arts et des lettres au Québec », a rappelé M. Péan.

Le Mouvement remercie toutes les formations politiques représentées à l’Assemblée nationale pour l’accueil qu’elles ont réservé aux représentants du Mouvement aujourd’hui.

À propos du Mouvement pour les arts et les lettres

Le Mouvement pour les arts et les lettres regroupe six organisations nationales et treize conseils régionaux de la culture du secteur des arts et des lettres, qui représentent des milliers d'artistes professionnels, écrivains et travailleurs culturels.

Le M.A.L. regroupe les organisations suivantes : Conseil québécois de la musique, Conseil des métiers d’art du Québec, Conseil québécois des arts médiatiques, Regroupement québécois de la danse, Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec, En Piste – le regroupement national des arts du cirque, ainsi que treize conseils régionaux de la culture :

- Conseil de développement culturel du Centre-du-Québec
- Conseil de la culture de l'Abitibi-Témiscamingue
- Conseil de la culture du Bas-Saint-Laurent
- Conseil de la culture de l’Estrie
- Conseil de la culture de la Gaspésie
- Conseil de la culture des Laurentides
- Conseil de la culture des régions de Québec et de Chaudière-Appalaches
- Culture Mauricie
- Conseil montérégien de la culture et des communications
- Conseil régional de la culture et des communications de la Côte-Nord
- Conseil régional de la culture de l'Outaouais
- Conseil régional de la culture Saguenay-Lac-Saint-Jean
- Culture Lanaudière.

Source :
Mouvement pour les arts et les lettres
Renseignements pour les médias et planification d'entrevues :
info (a) mal.ca · Tél.: 450 788-3258 · Cell.: 450 880-2562

Culture Montréal - Ne pas risquer de briser l’élan du Québec

 

Par Simon Brault,
président de Culture Montréal

Dans trop de pays, quand l’économie périclite, le secteur culturel est l’un des premiers sacrifiés sur l’autel de l’austérité budgétaire. Mais fort sagement, le Québec a depuis longtemps décidé que ce n’était pas là une fatalité et que son avenir et sa présence au monde sont indissociables de sa vitalité artistique et culturelle. C’est un choix de société devenu si ancré au fil des décennies qu’il transcende les partis politiques et qu’il a survécu aux aléas des exercices périodiques de compressions des dépenses publiques. Cette exception culturelle est le socle sur lequel repose en grande partie le caractère distinctif du Québec.

Or depuis quelques temps, des annonces, et même des commentaires furtifs, attribués au ministre de la Culture et à son entourage, ont été repris dans les médias jusqu’à ce que s’installe un flou inquiétant qui pourrait laisser croire que les arts et la culture ne sont désormais plus protégés et que l’heure est aux compressions, coupes et reports. Ainsi, l’annonce en deux temps d’une amputation des crédits alloués au programme Mécénat Placements Culture et l’ajournement évoqué de divers projets d’infrastructures culturelles, notamment la Maison des musiques nouvelles Le Vivier et l’édifice Wilder (qui abriterait notamment les Grands ballets canadiens), ont eu l’effet d’une autre douche froide sur le milieu culturel et ses nombreux alliés et partenaires. De l’angoisse et toutes sortes de spéculations quant aux intentions réelles du gouvernement dans plusieurs dossiers s’ajoutent donc à la difficile obligation d’accepter que des engagements électoraux du Parti Québécois, notamment l’augmentation des budgets de la SODEC et du CALQ, soient reportés.

Lors de son discours d’ouverture à l’Assemblée nationale, la première ministre Pauline Marois a  pourtant déclaré sans ambages que les artistes pourraient « compter sur un soutien sans faille du gouvernement » et que « le financement à la création sera augmenté progressivement ». Elle a aussi pointé l’importance de  la circulation des œuvres et des artistes, y compris dans le réseau scolaire, en plus de renouveler un appui « aux projets d’équipements culturels dans le but de mieux soutenir la création et la diffusion des arts ». Elle a tenu un discours similaire lors du Rendez-vous Montréal métropole culturelle à la TOHU en novembre dernier. Espérons que ces orientations guident concrètement la confection finale du plan stratégique que le ministre Maka Kotto déposera dans quelques semaines.

En effet, le gouvernement du Québec doit agir pour et par la culture, encore plus en ces temps d’austérité. Il peut et doit traiter le développement des arts et la participation culturelle du plus grand nombre comme une priorité non négociable. La culture est inclusion. Elle est un antidote à la pauvreté et à la division. Elle est une condition de mobilisation et d’innovation sociales et économiques. Elle stimule et humanise le développement. Elle permet d’éviter, pour reprendre les mots du philosophe Edgar Morin, que le développement soit un voyage qui comprend plus de naufragés que de passagers.

Culture Montréal insiste sur le caractère primordial, démocratique et irremplaçable d’un financement public éclairé, constant et progressif des arts et de la culture. Nous comprenons aussi que l’état des finances publiques est problématique et qu’il faille avoir des attentes réalistes. Mais il faut aussi miser sur la justesse du ton et de la manière pour mobiliser toutes les intelligences, la créativité et l’énergie du milieu culturel. Nous enjoignons donc le ministre de la Culture et des Communications à tenir un discours qui ne soit pas assombri et plombé par les directives immédiates du Conseil du trésor. Nous souhaitons entendre parler d’avenir et nous savons qu’il sait le faire. Nous voulons contribuer à l’élaboration des moyens à prendre pour que les arts, le patrimoine et la culture soient plus que jamais au cœur du développement du Québec. Il ne faut pas risquer de briser l’élan culturel du Québec. Nous n’en avons pas les moyens. Il faut, bien au contraire, l’amplifier.


 

Information :

Marie-Claude Lépine
Directrice des communications
Culture Montréal
514 845-0303, poste 21
marie-claude.lepine@culturemontreal.ca

 

Abonnement à notre bulletin

Merci, votre adresse courriel a bien été enregistrée

Inscrivez-vous et recevez notre bulletin bimensuel

windows-7-key  | windows-7-keys  | windows-7-product-key  | windows-7-ultimate  | windows-7-ultimate-sp1  | windows-7-professional  | windows-7-home-premium  | cheap-windows-7-keys  | windows-7-key-sale  | windows-7-iso  | windows-7-activation-key  | windows-7-download  | windows-7-os-download  | windows-7-key  | windows-7-keys  | windows-7-product-key  | windows-7-ultimate  | windows-7-ultimate-sp1  | windows-7-professional  | windows-7-home-premium  | cheap-windows-7-keys  | windows-7-key-sale  | windows-7-iso  | windows-7-activation-key  | windows-7-download  | windows-7-os-download  | windows-10-key  | windows-10-keys  | windows-10-product-key  | windows-10-ultimate  | windows-10-ultimate-sp1  | windows-10-professional  | windows-10-home-premium  | cheap-windows-10-keys  | windows-10-key-sale  | windows-10-iso  | windows-10-activation-key  | windows-10-download  | windows-10-os-download  | windows-7-key  | windows-7-keys  | windows-7-product-key  | windows-7-ultimate  | windows-7-ultimate-sp1  | windows-7-professional  | windows-7-home-premium  | cheap-windows-7-keys  | windows-7-key-sale  | windows-7-iso  | windows-7-activation-key  | windows-7-download  | windows-7-os-download  | windows-7-key  | windows-7-keys  | windows-7-product-key  | windows-7-ultimate  | windows-7-ultimate-sp1  | windows-7-professional  | windows-7-home-premium  | cheap-windows-7-keys  | windows-7-key-sale  | windows-7-iso  | windows-7-activation-key  | windows-7-download  | windows-7-os-download  | windows-7-key  | windows-7-keys  | windows-7-product-key  | windows-7-ultimate  | windows-7-ultimate-sp1  | windows-7-professional  | windows-7-home-premium  | cheap-windows-7-keys  | windows-7-key-sale  | windows-7-iso  | windows-7-activation-key  | windows-7-download  | windows-7-os-download  | windows-7-key  | windows-7-keys  | windows-7-product-key  | windows-7-ultimate  | windows-7-ultimate-sp1  | windows-7-professional  | windows-7-home-premium  | cheap-windows-7-keys  | windows-7-key-sale  | windows-7-iso  | windows-7-activation-key  | windows-7-download  | windows-7-os-download  | windows-7-key  | windows-7-keys  | windows-7-product-key  | windows-7-ultimate  | windows-7-ultimate-sp1  | windows-7-professional  | windows-7-home-premium  | cheap-windows-7-keys  | windows-7-key-sale  | windows-7-iso  | windows-7-activation-key  | windows-7-download  | windows-7-os-download  | windows-7-key  | windows-7-keys  | windows-7-product-key  | windows-7-ultimate  | windows-7-ultimate-sp1  | windows-7-professional  | windows-7-home-premium  | cheap-windows-7-keys  | windows-7-key-sale  | windows-7-iso  | windows-7-activation-key  | windows-7-download  | windows-7-os-download  | windows-7-key  | windows-7-keys  | windows-7-product-key  | windows-7-ultimate  | windows-7-ultimate-sp1  | windows-7-professional  | windows-7-home-premium  | cheap-windows-7-keys  | windows-7-key-sale  | windows-7-iso  | windows-7-activation-key  | windows-7-download  | windows-7-os-download  | windows-7-key  | windows-7-keys  | windows-7-product-key  | windows-7-ultimate  | windows-7-ultimate-sp1  | windows-7-professional  | windows-7-home-premium  | cheap-windows-7-keys  | windows-7-key-sale  | windows-7-iso  | windows-7-activation-key  | windows-7-download  | windows-7-os-download  |