À propos

Fondé le 19 juin 1998 et reconnu depuis 2003 comme le regroupement des arts médiatiques au Québec, le Conseil québécois des arts médiatiques (CQAM) regroupe, représente et valorise les artistes professionnels indépendants*, les travailleurs culturels et les organismes se consacrant aux arts médiatiques.

Arts médiatiques désigne la discipline regroupant les pratiques artistiques indépendantes dont l’objet de recherche et d’expérimentation sont motivés par l’innovation formelle et langagière liée aux médias technologiques.

Le CQAM répond au besoin de vie associative des individus et des organismes oeuvrant dans les deux familles qui composent les arts médiatiques : les arts cinématographiques et les arts numériques.

 

* Un créateur indépendant détient tout le contrôle sur son œuvre à travers toutes les étapes, y compris la version finale, et reçoit la majeure partie des redevances d’auteur.

La mission du CQAM est d’assurer la défense, la promotion et la représentation des artistes professionnels, des travailleurs culturels et des organismes se consacrant aux arts médiatiques auprès des instances gouvernementales. Le CQAM oeuvre également au développement des pratiques des arts médiatiques.

 

Ses principaux mandats sont les suivants :

Représentation

Le CQAM vise l’amélioration des conditions professionnelles et socio-économiques du milieu.

Développement

Le CQAM travaille au développement d’outils et de ressources permettant à ses membres d’avoir accès à de meilleurs moyens afin de stimuler la recherche, le développement professionnel, la création, la production, la diffusion ainsi que la distribution indépendantes, et ce dans une perspective de développement durable du secteur.

Positionnement/rayonnement

Le CQAM œuvre à la reconnaissance, au positionnement auprès des instances décisionnelles, à la sensibilisation des publics et au rayonnement des artistes et des œuvres en arts médiatiques.

Services

Le CQAM contribue au développement de ses membres par des services et des activités.

Le CQAM valorise :

  • La reconnaissance de la place unique de l’artiste et de la contribution de l’art à la société.
  • L’action collective, le CQAM représente l’ensemble de la communauté des arts médiatiques, membre et non membre.
  • La collaboration entre les divers intervenant du milieu culturel, toute discipline confondue.
  • Le respect des différents points de vue en favorisant une approche ouverte et inclusive fondée sur un processus démocratique qui vise l’écoute et la concertation.

En 1996, lors de l’assemblée plénière clôturant les États généraux des artistes de la vidéo et du cinéma indépendants, les délégués ont appuyé unanimement une résolution de fonder un forum permanent, dédié à l’amélioration des conditions des artistes indépendants de ces deux pratiques. Des discussions ont eu lieu pendant deux ans sans porter fruit. Finalement, le caucus du Québec de l’Alliance des arts médiatiques indépendants (AAMI) a fait circuler un sondage aux centres d’artistes en arts médiatiques à travers le Québec pour connaître l’intérêt de créer un organisme national de représentation sectorielle. La réponse favorable a incité quelques centres d’artistes en arts médiatiques à se concerter pour fonder le Conseil québécois des arts médiatiques, incorporé le 19 juin 1998, regroupant artistes professionnels, travailleurs culturels et organismes voués aux arts médiatiques afin de travailler au bien commun du secteur dans une démarche fédérée.

Reconnu depuis 2003 comme le regroupement national des arts médiatiques au Québec, le CQAM regroupe, représente et défend les créateurs professionnels indépendants*, les travailleurs culturels et les organismes se consacrant aux arts médiatiques. La discipline des arts médiatiques comprend deux grandes familles : les arts cinématographiques et les arts numériques.

Conformément à sa mission, le CQAM entreprend diverses actions et activités en fonction des besoins de sa communauté et des enjeux affectant tous les aspects de la discipline, tout en demeurant prêt à agir devant toute conjoncture ponctuelle imprévue. Présentement, trois dossiers figurent parmi ses priorités :

  • Les cinéastes indépendants à la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC) ;
  • La Commission Montréal Numérique de Culture Montréal ;
  • Le  projet d’intégration du CQAM avec le Regroupement des arts interdisciplinaires du Québec (RAIQ) et le Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec (RCAAQ).

De manière générale, les interventions varient selon les objectifs à atteindre et se déclinent comme suit :

  • Organisation de forums et de réflexions sectorielles ;
  • Campagnes de représentation en faveur des arts médiatiques et de concertation interdisciplinaire auprès  des intervenants et des organismes décisionnels consacrés aux arts et à la culture, tous paliers, incluant la présentation de mémoires et l’analyse des programmes et politiques gouvernementaux visant les arts médiatiques ;
  • Activités de communication et d’information professionnelle et sectorielle par le biais de bulletins électroniques ;
  • Participation aux comités d’orientation sectorielle ;
  • Activités de développement professionnel de son secteur : rencontres d’information, organisation d’ateliers professionnels et réalisation d’outils de compétence et de gestion disciplinaires ;
  • Développement d’outils et de services visant l’amélioration, le soutien et le rayonnement des membres et de la pratique ;
  • Organisation et présentation d’activités ponctuelles sur les sujets préoccupant sa communauté.

Isabelle L’Italien, directrice générale
Éric Berthiaume, responsable des services aux membres
Stéphanie Lagueux, webmestre
Catherine Deschâtelets, stagiaire en communications

Conseil d’administration

Éric Desmarais (Sporobole), président
François Toussaint (Prim), vice-président
Ariane Plante (artiste), secrétaire
Esther Bourdages (Eastern Bloc), trésorière
Valérie Mongrain (Paraloeil), administratrice
Albéric Aurtenèche (cinéaste), administratrice
Alexandre Larose (cinéaste), administrateur

Comité stratégique

en ordre alphabétique
Président du comité : Éric Desmarais (Sporobole)
Robin Dupuis (Perte de Signal)
Meriol Lehmann (artist)
François Toussaint (Prim)

Comité arts cinématographiques

en ordre alphabétique
Président du comité : Albéric Auternèche (cinéaste)
Annick Nantel (Films de l’autre)
Leïla Oulmi (Main Film)
Valérie Mongrain (Paraloeil)

Comité arts numériques

en ordre alphabétique
Président du comité : Esther Bourdages (Eastern Bloc)
Sofian Audry (artiste)
Alice Jarry (artiste)
Natalya Petkova (artiste)
Manuel Chantre (artiste)

Le CQAM tient à remercier chaleureusement ses partenaires pour le soutien à ses activités :

Le CQAM conclue des partenariats avec les festivals et les évènements en arts médiatiques au Québec. Sous forme d’échanges de services, nous offrons de la visibilité (publication web, réseaux sociaux, bulletin d’informations, etc.) en échange de rabais consentis à nos membres. Organismes fidèles à cet échange profitable à nos membres et apprécié par ces derniers, nous comptons les :

La compagnie d’assurance ASSURART offre des rabais à titre individuel et professionnel (tournée, œuvre, transport, etc.) aux membres du CQAM.

Le CQAM est impliqué dans les associations et organismes suivants, soit à titre de membre ou de conseiller sur un comité d’orientation :

Coalition la culture le coeur du Québec
Compétence Culture
Conseil des ressources humaines en culture (CHRSC)
Conférence canadienne des arts (CCarts)
Conseil de la formation continue – Arts et culture de l’Île de Montréal (CFC)
Culture Montréal
Les Arts et la Ville
Observatoire de la Culture et des Communications du Québec – arts médiatiques/arts visuels/littérature/métiers d’arts(OCCQ)
Observatoire du documentaire

La famille des arts cinématographiques accueille les artistes des pratiques filmiques/vidéographiques suivantes :

Cinéma/vidéo d’art et d’essai

Axé sur l’appropriation du discours filmique et esthétique pouvant s’exprimer dans les différents genres cinématographiques/vidéographiques.

Cinéma/vidéo de création

Orienté sur le matériau filmique/électronique et les technologies cinématographiques/vidéographiques.

Les arts numériques se définissent comme un ensemble d’explorations et de pratiques artistiques, dont les processus et les oeuvres utilisent principalement les technologies numériques pour la création et la diffusion.

Ils intègrent les pratiques basées sur l’utilisation des technologies de communication et de l’information, qu’elles soient informatiques, électroniques, numériques, sonores, interactives ou Web et comprennent également l’art audio. (Définition du Conseil des arts et des lettres du Québec)

La famille des arts numériques accueille les artistes d’une ou des pratiques suivantes :

Art électronique, art audio et vidéo

Implique la conception et la production de circuits électroniques; la captation, la production, la reproduction, le traitement et/ou la génération de sons et d’images vidéo.

Art robotique et électromécanique

Implique la conception et la production d’automates robotisés s’adaptant à leur environnement ou pas, ainsi que de mécanismes sur mesure.

Art réseau et web

Implique la transmission de données de types divers via un réseau ou la production d’hypertextes.

Art logiciel

Implique la conception et le développement de logiciels sur mesure, ainsi que toute oeuvre utilisant du code comme matériau principal.