Appel à projets – Biennale urbanisme et architecture à Shenzhen Jusqu'au 31 mai 2019

EYES OF THE CITY Section 1 

Les conservateurs de l’équipe du Carlo Ratti/South China-Torino Lab (Politecnico di Torino-SCUT), annonce l’appel à propositions pour participer à la section « Eyes of the City » dans le cadre de la Biennale 2019 de Shenzhen Bi-City of Urbanism\Architecture (UABB). Ils invitent les architectes, planificateurs, designers, philosophes, penseurs, scientifiques, entreprises, établissements d’enseignement, laboratoires de recherche, groupes de réflexion et étudiants internationaux à soumettre leurs propositions du 1er avril au 31 mai 2019.

L’appel à projets acceptera des propositions pour des projets de design, des projets de recherche et des essais critiques qui formeront le cœur de l’exposition « Eyes of the City ». L’exposition sera organisée sur le site principal de l’UABB. Après avoir sélectionné les propositions pour l’exposition, l’équipe de conservation en discutera et les développera avec les candidats à la lumière de l’exposition principale dans son ensemble.

A propos de 2019 UABB

Le thème général de la Biennale d’urbanisme de la ville de Shenzhen (2019) est « Interactions urbaines ». Les conservateurs en chef de l’UABB de cette année sont l’architecte et directeur du MIT Senseable City Lab Carlo Ratti, l’académicien Meng Jianmin et le critique d’art Fabio Cavallucci. Sous le thème « Interactions urbaines », deux sections parallèles, « Eyes of the City » et « Ascending City », explorent l’évolution des relations entre les villes et les nouvelles technologies. La section « Eyes of the City » est dirigée par Carlo Ratti et Politecnico di Torino-SCUT, tandis que la section « Ascending City » doit être dirigée par Meng Jianmin et Fabio Cavallucci. L’appel ouvert suivant est lancé par l’équipe « Eyes of the City ».

Structure de l’appel

L’appel à projets a une triple structure, car les candidats peuvent choisir entre trois types différents de propositions de contribution :

1. Appel à projets de design
2. Appel de projets de recherche
3. Appel de communications

Les candidats peuvent soumettre du matériel pour un ou plusieurs types de contributions (appel à projets de conception, appel à projets de recherche, appel à communications), mais ils sont fortement encouragés à ne choisir qu’un seul des trois.

 

Déclarations du conservateur par Carlo Ratti, Michele Bonino, Sun Yimin

Observer la présence des gens dans l’espace physique et déchiffrer leurs mouvements et leurs flux ont toujours été des actions critiques pour les concepteurs, les planificateurs et tous ceux qui ont un intérêt à explorer comment fonctionnent les villes. C’est en 1961 que Jane Jacobs, dans son ouvrage fondateur « The Death and Life of Great American Cities », a inventé une expression célèbre pour résumer un aspect relationnel caractéristique de cette activité n. Selon Jacobs, les « propriétaires naturels » d’une certaine partie de la métropole – qu’il s’agisse des personnes qui y vivent, y travaillent ou y passent beaucoup de temps – deviennent les « yeux dans la rue ». Leur regard collectif, distribué et décentralisé devient la condition préalable à l’établissement d’un » ordre merveilleux pour maintenir la sécurité des rues et la liberté de la ville « .

Près d’un demi-siècle plus tard, nous nous trouvons au début d’un nouveau chapitre dans la relation entre la ville et les technologies numériques, qui appelle un réexamen de l’ancienne idée des « yeux de la rue ». Au cours des prochaines années, grâce aux plus récentes avancées en Intelligence Artificielle, en apprentissage profond et en imagerie, nous sommes sur le point d’atteindre un scénario sans précédent, le développement le plus radical dans l’évolution de l’Internet des Objets : l’espace architectural acquiert la pleine capacité de « voir ». Imaginez que n’importe quelle pièce, rue ou magasin de notre ville puisse vous reconnaître et répondre de façon autonome à votre présence. Avec les « yeux sur la rue », ce sont les gens qui regardent les autres ou la ville et interprètent ses mécanismes. Dans ce nouveau scénario, ce ne sont pas seulement les personnes, mais aussi les bâtiments et les rues elles-mêmes qui acquièrent la capacité d’observer et de réagir à mesure que la vie urbaine se déroule devant elles. Après les « yeux sur la rue », nous entrons maintenant dans l’ère des « Yeux de la Cité ».

Dans sa conceptualisation originale, Jacobs a utilisé les « yeux de la rue » comme outil pour disséquer une série de concepts spatiaux clés – de la distinction entre espace privé et espace public, aux limites de l’anonymat urbain, à la façon dont les frontières sont exprimées et construites, à la valeur de la sécurité et au sens de l’appartenance. Le » Regard de la ville » de demain, alimenté par les percées historiques de l’intelligence artificielle, de la reconnaissance faciale au traitement du langage naturel, nous oblige à remettre en question tous ces concepts, tout en abordant des questions nouvelles, comme l’éthique de l’agence technologique, la signification de l’observation urbaine et du design par procuration, le pouvoir de la propriété des données et les moyens par lesquels la technologie peut être réappropriée par les personnes et les communautés.

Quelles peuvent être les conséquences du scénario « Eyes of the City » sur l’environnement bâti et sur la façon dont les gens le vivent ? L’exposition « Eyes of the City » à l’UABB demandera aux exposants d’aborder ces thèmes, tout en se concentrant sur deux relations parallèles : celle entre l’espace et les utilisateurs et celle entre l’espace et les pratiques de design, ces dernières évoluant sous la pression du progrès technologique.

Avec l’appel à propositions ouvert « Eyes of the City », notre objectif est de recueillir des propositions qui peuvent aider à encadrer la discussion autour d’une ou plusieurs de ces questions :

1. Comment le nouveau scénario technologique va-t-il changer le comportement des habitants de la ville ? Comment cela articulera-t-il la relation entre le corps humain et l’espace urbain ?

2. Comment les communautés peuvent-elles interagir avec les nouvelles technologies et se les ré-approprier  ?

3. Comment les pratiques de conception évoluent-elles dans ce contexte ? Quelle est la relation entre la créativité et l’automatisation croissante ?

4. Quelles sont les conséquences spatiales, sociales et éthiques les plus pertinentes des processus d’innovation induits par l’IA ?

5. Comment les concepteurs et les citoyens peuvent-ils exploiter la puissance des données en temps réel de manière novatrice, notamment pour favoriser la capacité de l’architecture à répondre aux besoins des gens ?

L’exposition « Eyes of the City » de l’UABB 2019, souhaite recueillir des hypothèses et suggestions – imaginatives, ironiques, pratiques et visionnaires afin de réfléchir sur le type de ville à construire dans le futur.

 

Lieu

Le lieu principal de l’exposition est la gare souterraine à grande vitesse de Futian, dans la ville de Shenzhen.  Les gares sont historiquement associées à l’anonymat ultime de l’expérience urbaine, lieux où l’on ressent un ensemble caractéristique de sentiments : isolement et perte d’identité, mais aussi liberté qui découle de l’indifférence, voire d’une certaine liberté morale. En d’autres termes, les gares ferroviaires sont depuis longtemps associées aux archétypes du flâneur, du vagabond urbain, de l’étranger mercuriel. Avec les nouvelles technologies et l’IA en particulier, cela pourrait changer. Les gares ferroviaires, en tant que portes d’entrée urbaines, aux frontières nationales, pourraient bientôt devenir des lieux où la capacité de l’environnement bâti à répondre à sa présence est mise en évidence de la manière la plus puissante.

 

Contacts

Pour plus d’information : http://eyesofthecity.net

Formulaire : https://podio.com/webforms/22057498/1544767

Si vous avez des questions au sujet de ce processus, n’hésitez pas à contacter : info@eyesofthecity.net